Gwada Cops – Tome 1 : Gecko John Renmann

Ce retour sur GECKO de Nisa et ses nombreux commentaires où, au delà d’apporter son avis sur sa lecture, elle avoue vouloir en découvrir davantage sur mon île, me font plaisir pour deux raisons:
1 – La série Gwada Cops est d’abord un voyage en Guadeloupe,
2 – Certains parmi mes « compatriotes », m’ont reproché de ne pas mettre en avant les « soucis » qu’ils rencontrent et vus le partage de lecture de Nisa sur son compte Twitter, il est clair que ceux-là n’ont clairement pas lu ma série…
Alors merci à toi, Nisa, métropolitaine qui, une fois ta lecture terminée t’es empréssée d’aller taper  » Admiral T », « La Guadeloupéeene version Tanya Saint-Val », « Malavoi » et bien d’autres termes sur Google.
Merci à toi d’avoir reconnu ne rien connaître (ou si peu) de la Guadeloupe avant cette lecture.
Merci à toi d’avoir adopté certains proverbes créoles que tu ne manqueras pas de ressortir (avec l’accent j’espère).
Et enfin merci à toi de compter parmi mes lectrices !

John

Nisa lectures

Description (source Amazon) :

Guadeloupe.
Ville de Pointe-à-Pitre.
Le jour se lève sur la place de la victoire, révélant un corps atrocement mutilé .
L’esquisse d’un mystérieux lézard tracé avec le propre sang de la victime s’exhibe sur les pavés du site.
Très vite, l’île est le théâtre de meurtres perpétrés par ce qui se révèle être une créature ayant l’aspect d’un chien monstrueux.
À chacune des tueries, l’horrible signature écarlate est omniprésente : un gecko dont on dit qu’il est de mauvaise augure.
Les inspecteurs Nicolas Rousseau et Marie Kancel se lancent dans une enquête où sorcellerie et croyances populaires vont se mêler.

 

Ce qu’en pensent les lecteurs

 » Je n’ai pas lâché ce « thriller magique » fort bien ficelé et fort bien écrit ! Quel plaisir de se faire balader comme ça, au sens propre et au sens figuré (…) « 

 » Le scenario est fouillé, l’enquête bien…

Voir l’article original 644 mots de plus

Le Cent-neuvième décret

Parmi les nombreux romans d’auteurs indépendants qu’il m’ait été donné d’avoir entre les mains, Le Cent-neuvième décret est probablement celui qui m’a le plus touché. Ceci étant écrit, chers lecteurs, je me doute que vous vous attendez maintenant à ce que je vous révèle pourquoi, je ne vais pas davantage tergiverser.

dav

L’auteur

L’auteur est un ami de…bientôt 40 ans ! Eh oui, Christophe et moi nous sommes rencontrés à l’école primaire, en CP plus exactement, et dans des circonstances particulières. A l’époque, les symptômes d’une vilaine varicelle avait fait de moi un paria aux yeux des autres enfants et, tandis que la grande majorité des écoliers me fuyaient en me pointant du doigt, Christophe fut le seul à tenter le dialogue. Au départ, dubitatif quant au fait qu’il ne soit pas effrayé par mon visage criblé de vilains boutons caractéristiques, j’avais érigé un mur entre nous, qu’il a très vite réussi à abattre.

Avec le temps, nous nous sommes découvert des passions communes, dont la bande-dessinés – notamment les comics Marvel – mais aussi les dessins-animés japonais (le manga n’écumait pas encore les bibliothèques et les grandes surfaces de France). Vous l’aurez très vite compris nous sommes devenus inséparables, jusqu’à ce jour de mai où j’ai dû embarquer dans un avion pour l’île aux belles eaux. Une souvenir assez douloureux, je dois le reconnaître.

L’histoire

La quatrième de couverture est éloquente :

Dans une société à la recherche de la liberté absolue, le périple d’un jeune homme dont la mission est de séduire sept femmes dotées de facultés fabuleuses. La promulgation d’un décret est à l’origine de sa quête : le pouvoir jusque-là détenu par une élite féminine nommée « Merneith » est sur le point d‘être partagé.
Une fable futuriste avec pour toile de fond un apprentissage des valeurs de la philosophie hip-hop.

Le 109e décret est en réalité une biographie romancée de l’auteur. J’y suis mentionné plus d’une fois sous le nom de « Le bleu » tandis que lui se nomme « Le masqué ». J’ai été envahi par une profonde nostalgie à l’évocation de ce doux sobriquet. J’ai revu ces deux gamins jouer aux superhéros. J’ai revu ces deux mômes se chamailler, se bouder et se retrouver tout aussi vite. J’ai revu ces deux garnements jouant parfois de leur ressemblance physique assez troublante pour duper les moniteurs de colos.

Un passage du livre n’a fait que confirmer le fait que j’étais bien ce bleu, candide et naïf :

L’auteur agrémente l’histoire de nombreux textes, dont une ode  » à la gloire » de son fils, probablement l’un des plus beaux textes qu’un père n’ait jamais écrits à son enfant.

En suivant les pérégrinations du personnage principal, on comprend également les relations particulières qu’il a entretenues avec les femmes. Certains pourraient être surpris de la façon avec laquelle il se livre, sans pudeur aucune, mais en ce qui me concerne j’ai bien retrouvé là le Christophe que j’ai connu.

En conclusion ?

L’auteur a une très bonne maitrise de la langue française. Son écriture est fluide et son vocabulaire est assez riche. Un bémol ? Peut-être l’histoire en elle-même, qui, à certains instants, souffre de nombreuses répétitions, notamment au début. Au final, cette histoire ne plaira peut-être pas au plus grand nombre, mais quel tout premier roman peut réellement se targuer d’être plébiscité dès sa sortie ? Et j’en sais quelque chose…

Pour ceux qui seraient intéressés, Le Cent-neuvième décret est disponible sur la boutique en ligne EDILIVRE, à l’adresse suivante : https://www.edilivre.com/le-cent-neuvieme-decret-christophe-dru.html/

Que DOMINO ne vous dissuade pas de vous baigner à  » La douche « .

Bonjour à tous !

ZAÏGO, la seconde enquête des Gwada Cops, se terminait sur une scène qui est également (comme le veut ma tradition) l’ouverture de DOMINO, l’enquête suivante.

Sans vouloir trop en révéler sur l’intrigue (spoiler comme disent les djeunes) cette scène a une certaine intensité dramatique car elle se déroule sur la plage de « La douche » à Saint-François. Pour ceux qui l’ignorent, voilà, en substant, la particularité de cette plage (description toute droit tirée de ZAÏGO):

Le site que les Guadeloupéens nomment La Douche est un lieu étonnant que peu de touristes connaissent, car il n’est pas indiqué sur les guides.
Il y a toutefois une astuce permettant de le localiser aisément. Les autochtones la souffleront volontiers aux amateurs de baignades originales.
En prenant la direction de la pointe des Châteaux, trois kilomètres environ après le virage à angle droit dit de La Coulée, il faut repérer le marquage 7D tracé à la peinture blanche, à même le bitume de la nationale longeant les plages.
Il suffit de se garer aux environs de ce fameux marquage pour ensuite traverser la végétation.
En fonction de la période de l’année, les plus gourmands ne manqueront pas de goûter les nombreuses quénettes que l’on y trouvera. On arrive alors jusqu’au bord de mer.
La fameuse douche consiste en un bassin naturel de sable fin surplombant la mer. Des rochers y forment une barrière naturelle, et, lorsque les vagues viennent s’y fracasser, les gerbes d’eau jaillissent sur les baigneurs. En fonction du coefficient de marée, ces gerbes peuvent être plus ou moins impressionnantes.

Voici une vidéo du phénomène, partagée sur le site insolite-guadeloupe-voyage.com https://youtu.be/82sNFb-cfNU

J’ose espérer, chers lecteurs, qu’après avoir lu DOMINO et, au regard de cette superbe vidéo, vous oserez tout de même allez prendre une bonne douche d’eau salée à Saint-François !

Histoire d’une couverture : DOMINO

Bonjour à tous,

Vous êtes nombreux à savoir que, depuis mes débuts d’auteur, c’est à dire 2014, Nicolas Fouqué est l’illustrateur qui créé les couvertures de mes romans.

Beaucoup continuent à orthographier son nom « Fouquet » en pensant, à tort, qu’il est l’homonyme du Nicolas Fouquet, personnage historique de l’époque du cardinal Mazarin. Je ne vais pas davantage m’étendre sur ce personnage (sans mauvais jeu de mots), mais pour ceux que cela intéresse, je pense que les sites Google et Wikipédia seront de réelles sources d’informations.

Pour en revenir à Nicolas Fouqué, avec un accent aigüe sur le « e », j’ai eu l’occasion de vous présenter son travail, en partageant notamment ses vidéos mises en avant sur la plateforme YouTube. Dans l’une d’elle, on le voit concevoir la couverture du deuxième tome de Les colonnes du temps. La vidéo est en accéléré car il faut bien entendu plusieurs heures à l’artiste pour parachever son oeuvre.

Mais venons-en au sujet de cet article, à savoir la couverture de mon dernier roman, DOMINO, qui n’est autre que la troisième enquête des Gwada Cops. Que les quelques fans du duo de choc se rassurent, trois autres histoires suivront. Mais je m’égare ! Je n’ai pas longtemps hésité à avoir l’idée de la couverture, pour moi, le masque du tueur et ses dominos devaient être mis en avant. J’ai donc exposé mon idée à Nicolas en lui fournissant la photo d’un masque vénitien, trouvé sur le web :

Nicolas a été très enthousiaste et, dans les semaines qui ont suivi, m’a proposé une série de trois couvertures :

C’est la première proposition qui a remporté tous les suffrages et qui au final a abouti à la couverture que vous connaissez tous désormais :

Pour en savoir plus sur Nicolas:

Son site internet : https://www.artstation.com/nicofouque

Son compte Twitter : https://twitter.com/nicofouque

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/NicoFouque

Les colonnes du temps – Tome 2 : Résurgences de John Renmann

Merci pour ce retour de lecture, Nisa 😉

Nisa lectures

Description (source Amazon) :

Découvrez la suite de cette aventure de Science-Fantasy.

Cinq années se sont écoulées depuis les événements qui ont vu une sphère lumineuse s’étendre à la surface de notre planète.
Retiré dans le sud de la France, Patrick Schimmer coule désormais des jours paisibles auprès des siens.
Mais, alors que la Terre panse encore ses dernières plaies, ses habitants doivent faire face à un péril imminent..
Surgie de nulle part, une pyramide céleste gigantesque menace d’éradiquer toute l’espèce humaine.
Sa famille enlevée, Patrick se retrouve très vite entraîné dans un conflit qui décidera du sort de notre monde.
Aidé par les Zheenons, il ira de surprise en surprise jusqu’à découvrir l’identité de ses agresseurs.
Nombre de ses interrogations trouveront alors une réponse.

Ce que disent les lecteurs du premier tome :

C’est un mélange de merveilleux à la Tolkien (en particulier le combat épique de la fin)…

Voir l’article original 753 mots de plus

Les colonnes du temps, Tome 1 : Genèse de John Renmann

Merci pour cette chronique, Enairolf ou Floriane, à l’endroit 😉

Les lectures de Floriane

Hello hello tout le monde! J’espère que vous allez bien en ce confinement! Pas trop dur à vivre pour vous? Moi je ne vous cache pas ça commence à devenir dur surtout quand je vois cette météo si parfaite! Ça me brise le cœur de voir ce grand soleil avec un ciel si bleu sans aucun nuage… Surtout que ça faisait limite des mois qu’on avait que du mauvais temps.. Maintenant que la météo est clémente on est confinés chez nous.. Mais bon c’est important de le respecter du coup on reste chez nous et on vide sa PAL un bon coup! Autant prendre le positif dans notre malheur! Ce confinement sera bénéfique à toutes les personnes comme moi qui ont une PAL à rallonge haha

Résumé

Automne 2003.Notre planète est agressée par une sphère lumineuse qui dévore lentement sa surface.Seuls ses pôles semblent épargnés par l’avidité du monstre qui…

Voir l’article original 645 mots de plus

Où l’on nous révèle la véritable superficie des états

Bonsoir cher lecteurs !

Lorsque j’ai publié le premier tome de Les colonnes du temps, j’ai récoltés quelques avis positifs mais ai également essuyé nombre de critiques négatives. Mais, comme me l’ont rappelé mes très nombreux collègues auteurs, avec humour : C’est le jeu ma pauv’ Lucette !
En revanche, parmi ces retours négatifs, il m’a été reproché – je cite – d’étaler ma science et en plus de m’être trompé sur la taille d’une planète de notre bon vieux système solaire, ce qui est exact, je l’ai reconnu et ai corrigé cette étourderie dans la foulée.
Pour ce qui est de ramener ma science, je précise simplement que j’aime partager le peu de connaissances que j’ai accumulées tout comme j’aime apprendre des livres que je dévore et des auteurs que je lis, qu’ils soient indépendants ou non.

Parmi ces connaissances, j’ai appris, au début de ma carrière d’auteur, autant dire tout récemment, que les dimensions des pays que nous connaissons ne correspondent en rien à ce que nous révèlent les cartes. Bien sûr, j’ai encore en mémoire mes cours du collège (à moins que ce ne soit ceux de la primaire ?) et je sais quelles sont les conséquences de la projection de Mercator, mais, sot que j’étais, il m’aura fallu découvrir le site que je vous communique ci-joint pour découvrir, notamment, que la Russie ne couvre pas à elle seule tout le continent africain contrairement à ce que nous laissent supposer les cartes :

Le site en question.

Comme quoi, on en apprend tous les jours ! Ne vous inquiétez pas, je continuerai à étaler ma science tout en apprenant de vous, des livres et du Web !


Les colonnes du temps – Tome 1 : Genèse de John Renmann

Merci Nisa ! Et plein d’ondes positives !

Nisa lectures

Description (source Amazon) :

Version révisée d’octobre 2015.
Les colonnes du temps » est le conseil de lecture du site http://www.monBestSeller.com, sélectionné pour le Prix Concours de l’auteur indépendant 2015.

Automne 2003.
Notre planète est agressée par une sphère lumineuse qui dévore lentement sa surface. Seuls ses pôles semblent épargnés par l’avidité du monstre qui, en peu de temps, finit par effacer l’Europe et l’ouest asiatique.
Tandis que la population mondiale se terre dans des grottes ou colonise l’Alaska, les nations s’organisent et bâtissent une immense base souterraine, en Sibérie.
Celle-ci devient le refuge de scientifiques réunis dans une course contre l’annihilation totale de notre monde. Parmi eux, Patrick Schimmer, jeune géologue français qui, sans le savoir, jouera un rôle important dans le devenir de l’humanité.
Ceci est son histoire…

Ce qu’en pensent les lecteurs :

 » Lisez-le ! Même si vous n’êtes pas amateur habituel de science-fiction comme moi. J’ai…

Voir l’article original 526 mots de plus

Review : Gecko

GECKO : Un retour de lecture par Ororia 🙂

Les Lectures d'Ororia, Dévoreuse de Livres

Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle d’un roman policier teinté de fantastique avec Gecko de John Renmann (merci encore pour l’envoi et la confiance !)

Je dois dire que je ressors de ma lecture avec un enthousiasme débordant ! Pour le dire d’une manière un peu plus crue : je suis sur le cul ! Bon pardonnez ma vulgarité passagère et reprenons : ce final a tout ce qu’il faut pour une fiction policière, il est étonnant, dynamique, et on ne veut pas le lâcher. Après l’avoir lu, j’étais vraiment ravie, car on retrouve l’esprit qui anime la première moitié du roman. Elle aussi est très mouvementée, ce qui m’a permis de m’enfoncer avec délectation dans cette histoire absolument incroyable. La plume de l’auteur a su manier avec brio le vocabulaire propre a cette ile (c’est dingue, mais on s’y croirait) mais aussi ce mélange de policier et…

Voir l’article original 234 mots de plus