Que DOMINO ne vous dissuade pas de vous baigner à  » La douche « .

Bonjour à tous !

ZAÏGO, la seconde enquête des Gwada Cops, se terminait sur une scène qui est également (comme le veut ma tradition) l’ouverture de DOMINO, l’enquête suivante.

Sans vouloir trop en révéler sur l’intrigue (spoiler comme disent les djeunes) cette scène a une certaine intensité dramatique car elle se déroule sur la plage de « La douche » à Saint-François. Pour ceux qui l’ignorent, voilà, en substant, la particularité de cette plage (description toute droit tirée de ZAÏGO):

Le site que les Guadeloupéens nomment La Douche est un lieu étonnant que peu de touristes connaissent, car il n’est pas indiqué sur les guides.
Il y a toutefois une astuce permettant de le localiser aisément. Les autochtones la souffleront volontiers aux amateurs de baignades originales.
En prenant la direction de la pointe des Châteaux, trois kilomètres environ après le virage à angle droit dit de La Coulée, il faut repérer le marquage 7D tracé à la peinture blanche, à même le bitume de la nationale longeant les plages.
Il suffit de se garer aux environs de ce fameux marquage pour ensuite traverser la végétation.
En fonction de la période de l’année, les plus gourmands ne manqueront pas de goûter les nombreuses quénettes que l’on y trouvera. On arrive alors jusqu’au bord de mer.
La fameuse douche consiste en un bassin naturel de sable fin surplombant la mer. Des rochers y forment une barrière naturelle, et, lorsque les vagues viennent s’y fracasser, les gerbes d’eau jaillissent sur les baigneurs. En fonction du coefficient de marée, ces gerbes peuvent être plus ou moins impressionnantes.

Voici une vidéo du phénomène, partagée sur le site insolite-guadeloupe-voyage.com https://youtu.be/82sNFb-cfNU

J’ose espérer, chers lecteurs, qu’après avoir lu DOMINO et, au regard de cette superbe vidéo, vous oserez tout de même allez prendre une bonne douche d’eau salée à Saint-François !

Histoire d’une couverture : DOMINO

Bonjour à tous,

Vous êtes nombreux à savoir que, depuis mes débuts d’auteur, c’est à dire 2014, Nicolas Fouqué est l’illustrateur qui créé les couvertures de mes romans.

Beaucoup continuent à orthographier son nom « Fouquet » en pensant, à tort, qu’il est l’homonyme du Nicolas Fouquet, personnage historique de l’époque du cardinal Mazarin. Je ne vais pas davantage m’étendre sur ce personnage (sans mauvais jeu de mots), mais pour ceux que cela intéresse, je pense que les sites Google et Wikipédia seront de réelles sources d’informations.

Pour en revenir à Nicolas Fouqué, avec un accent aigüe sur le « e », j’ai eu l’occasion de vous présenter son travail, en partageant notamment ses vidéos mises en avant sur la plateforme YouTube. Dans l’une d’elle, on le voit concevoir la couverture du deuxième tome de Les colonnes du temps. La vidéo est en accéléré car il faut bien entendu plusieurs heures à l’artiste pour parachever son oeuvre.

Mais venons-en au sujet de cet article, à savoir la couverture de mon dernier roman, DOMINO, qui n’est autre que la troisième enquête des Gwada Cops. Que les quelques fans du duo de choc se rassurent, trois autres histoires suivront. Mais je m’égare ! Je n’ai pas longtemps hésité à avoir l’idée de la couverture, pour moi, le masque du tueur et ses dominos devaient être mis en avant. J’ai donc exposé mon idée à Nicolas en lui fournissant la photo d’un masque vénitien, trouvé sur le web :

Nicolas a été très enthousiaste et, dans les semaines qui ont suivi, m’a proposé une série de trois couvertures :

C’est la première proposition qui a remporté tous les suffrages et qui au final a abouti à la couverture que vous connaissez tous désormais :

Pour en savoir plus sur Nicolas:

Son site internet : https://www.artstation.com/nicofouque

Son compte Twitter : https://twitter.com/nicofouque

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/NicoFouque