Zaïgo de John Renmann

Chronique de ZAÏGO par Sharon 😉

deslivresetsharon

Présentation de l’éditeur :

Guadeloupe.
Ville de Sainte-Anne.
Un étudiant est retrouvé mort sur la plage, le corps entièrement momifié.
Tout autour du cadavre, d’étranges empreintes laissent penser que le tueur était pourvu d’un sabot de bouc.
Appelés sur les lieux, les inspecteurs Nicolas Rousseau et Marie Kancel se lancent dans une enquête dont les premiers éléments semblent révéler le côté surnaturel. Très vite, les meurtres s’enchaînent, avec pour seules victimes des hommes jeunes dont le corps sera méticuleusement momifié.

Mon avis :

Allô ? Vous voulez connaître la suite de la guerre des polices aux Antilles ? Ah, vous avez appelé au mauvais endroit. Non, je vous assure, tout va bien entre la commissaire Bertille Manoël et l’inspecteur Nicolas Rousseau. N’a-t-elle pas, à la fin du volume précédent, refusé sa démission avec véhémence ? Surtout, elle ne peut que se féliciter de l’entente entre Nicolas et Marie Kancel. Vision…

Voir l’article original 279 mots de plus

GECKO (Gwada Cops t. 1) de John Renmann

Chronique de GECKO par Sharon 😉

deslivresetsharon

Présentation de l’éditeur :

Guadeloupe.
Ville de Pointe-à-Pitre.
Le jour se lève sur la place de la victoire, révélant un corps atrocement mutilé .
L’esquisse d’un mystérieux lézard tracé avec le propre sang de la victime s’exhibe sur les pavés du site.
Très vite, l’île est le théâtre de meurtres perpétrés par ce qui se révèle être une créature ayant l’aspect d’un chien monstrueux.
À chacune des tueries, l’horrible signature écarlate est omniprésente : un gecko dont on dit qu’il est de mauvaise augure.
Les inspecteurs Nicolas Rousseau et Marie Kancel se lancent dans une enquête où sorcellerie et croyances populaires vont se mêler.

Mon avis : 

Tout d’abord, je tiens à remercier Verdorie, membre du forum Livraddict, qui m’avait conseillé la lecture de ce livre.

Vous avez demandé la guerre des polices aux Antilles, ne quittez pas !

Oui, je sais, je commence par un raccourci, ce n’est pas…

Voir l’article original 292 mots de plus

La critique – 2 – Où il faut savoir gérer la critique négative

Ce serait vous mentir que de vous écrire qu’à chaque fois qu’il m’arrive de lire une critique négative sur Amazon ou autre, je ne peux m’empêcher, à l’instar de l’inspecteur Rousseau, de danser le floss en ayant au préalable revêtu mon costume de licorne.

Plus sérieusement, Il n’est jamais très agréable de lire une critique négative, mais bien au-delà de son contenu, ce sont surtout les mots employés et le « ton » qui peuvent laisser perplexe (doux euphémisme), surtout à une époque où le net assure une certain anonymat.

Je me remémore les premières critiques qui se sont déversées sur mon tout premier roman, loin d’être parfait, il est vrai. Revanchard, je m’étais promis de retrouver les « coupables », ce que j’ai d’ailleurs réussi à faire (car contrairement à ce que certains pensent, non, le net n’assure pas vraiment un réel anonymat, bien souvent, une adresse IP se cache derrière un pseudo). Si j’écris aujourd’hui ces mots avec le sourire, à l’époque j’avoue avoir été à deux doigts de me substituer à la créature de GECKO pour en égorger plus d’un ! Je plaisante… quoique…La colère est mauvaise conseillère, disaient à raison les anciens, aussi, si je me suis permis de répondre à certaines critiques, à mes débuts, c’était en toute courtoisie.

Mais aujourd’hui, si je devais donner des conseils aux nouveaux auteurs, ce serait :

  • Si possible, lire toutes les critiques
  • Ne pas répondre aux critiques négatives
  • Ne pas répondre aux critiques positives mais noter le nom / pseudo de son auteur
  • Quelle que soit la critique, noter sa pertinence et le cas échéant, progresser
  • Ne pas jeter sa plume à cause d’une ou plusieurs critiques négatives
  • Keep calm ! This is only writing !

Dans un prochain article, je vous expliquerai pourquoi il est impossible de satisfaire tous les lecteurs et surtout pourquoi il ne faut surtout pas tenter de le faire !

La critique – 1 – Les critiques des proches sont les plus constructives.

Un auteur ne saurait passer outre les critiques. Qu’elles soient positives ou non, il faut savoir de temps en temps y prêter une attention particulière. Après tout, ne sommes nous pas là aussi pour progresser ? Et quelle meilleure façon de le faire si ce n’est en tenant compte des retours des lecteurs ?

Et parmi lesdits lecteurs, outre le cercle des lecteurs fidèles (qui, pour ce qui est de ma modeste personne, se comptent sur les doigts d’une main, arf ! ) il y a les « très proches », à savoir la famille et les amis. Nous sommes plus attentifs à leurs critiques car, en général, nos proches sont ceux qui ne prennent pas de gant.

Voici donc, retranscris par mes soins, les critiques à mon sens les plus constructives reçues récemment, après la lecture de ZAÏGO :

=> Où mon écriture un peu trop zélée a un impact négatif sur le tourisme guadeloupéen… 😦 et qu’encore une fois on me demande de créer une romance entre mes deux personnages principaux.

 » Je viens de finir Zaïgo…encore mieux que Gecko !!!! J’ai vraiment accroché (…) J’attends l’histoire de Pauline et Michel !! Et finalement je ne pense pas que j’irai en Guadeloupe car pas sure de revenir vivante avec toutes ces créatures !!! Bravo l’artiste !
C’est quand que Rousseau et Marie se marient eux aussi ?! « 

 » Zaïgo terminé, vivement le prochain !! Il est trop fort ce tandem Rousseau/Kancel… Heureusement que nous avions fait la douche avant de lire le livre… »

=> Où l’on me donne des axes d’amélioration et où l’enquête trois semble avoir des similitudes avec un film de Benicio Del Toro

« Coucou JR! Je viens de finir ton roman à l’instant! Belle intrigue..j’attends la suite! (…) On s’attache aux personnages et tu as bien mené l’intrigue jusqu’au bout! (…) Au niveau des notes de bas de page de traduction ou de précision aussi, je pense que quelque fois tu peux t’en passer car ton récit nous permet de comprendre même si on est pas  » du cru « . ça allègera ton récit. Pour avoir lu bcp d’auteurs étrangers, ils ne le font pas non plus. Et si le lecteur veut se renseigner, ça l’oblige à faire des recherches et donc une analyse plus personnelle.
Ce sont juste des réflexions mais honnêtement il se lit très bien et tu nous embarques vite dans ton univers et donne envie de le lire rapidement et ça c’est pas donné à tout le monde ! Alors bravo !
Ah autre chose je crois qu’on dit plus une commission rogatoire qu’un mandat de perquisition…ta nouvelle intrigue m’a fait penser au dernier film de Guillermo Del Toro « La forma del agua ». Regarde à l’occasion, il va te plaîre!

Est-ce à dire qu’il faut systématiquement tenir compte des critiques des proches ? Pas nécessairement, mais elles auront toujours une certaine valeur à nos yeux.